Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
doopvont

3.22 Que sont les fonts baptismaux ? Pourquoi y a-t-il des statues dans les églises ?

À l’intérieur d'une église

Un fond baptismal contient l’eau qui sert à baptiser. C’est là que commence la nouvelle vie en Christ. Les statues dans l’église nous aident à penser aux saints. Les fidèles peuvent demander aux saints (pas aux statues !) de les rejoindre dans la prière. Ces saints sont tous proches de Dieu au ciel.

Quand tu allumes une bougie au pied d’une statue, celle-ci représente tes prières et ce même lorsque tu quittes l’église. Le saint priera pour toi.

> Approfondissez grâce au livre

Les fonts baptismaux : là où une personne est baptisée et devient chrétienne. Statues et images nous aident à demander aux saints de prier avec nous et pour nous.

La Sagesse de l’Église

Pourquoi l'Ancien Testament interdisait-il toutes représentations de Dieu, et pourquoi nous, les chrétiens, n'observons-nous plus cette règle aujourd'hui ?

Pour protéger le mystère de Dieu, et se démarquer des images des cultes païens, le premier commandement déclarait : Tu ne te feras aucune image [de Dieu] (Ex 20, 4). Mais comme Dieu, en Jésus-Christ, a pris un visage humain, le christianisme a supprimé cette interdiction des images. Dans l'Église orientale, les icônes sont même considérées comme sacrées.

Le judaïsme et l'islam d'aujourd'hui, comme les patriarches d'Israël, pensent que Dieu surpasse tout (transcendance), et qu'il est infiniment plus grand que tout ici-bas, et c'est pourquoi ils interdisent toute représentation de Dieu. Dans le christianisme, l'interdiction d'images, par référence au Christ, s'est assouplie dès le IVe siècle, et fut supprimée au deuxième concile de Nicée (787). Par son incarnation, Dieu n'est plus « non représentable » : depuis Jésus, nous pouvons nous faire une image de ce qu'il est : Qui m'a vu, a vu le Père (Jn 14,9). [Youcat 358]

Voici ce que disent les papes

Lorsque je me mets à regarder derrière moi le long chemin de ma vie, je pense que le cadre, la paroisse, ma famille, m'ont conduit aux fonts baptismaux de l'église de Wadowice où, le 20 juin 1920, m'a été accordée la grâce de devenir enfant de Dieu, et aussi la foi en mon Rédempteur. Ces fonts baptismaux, je les ai déjà baisés solennellement une fois, en l'année du Millénaire de la Pologne, quand j'étais archevêque de Cracovie. Aujourd'hui, je veux les baiser encore une fois comme Pape, successeur de Saint Pierre. Je veux en outre fixer mon regard sur le visage de la Mère du Perpétuel Secours, en son image de Wadowice. [Jean-Paul II, Discours à Wadowice, 07/06/1979].