Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
Hollands landschap met tulpen en een molen

1.6 Est-il possible de reconnaître Dieu dans la nature et dans le monde ?

Création ou hasard?

Si tu observes la nature de près, tu verras que tout est parfaitement coordonné et s’imbrique merveilleusement. N’est-ce pas un peu improbable que tout ça vienne d’une pure coïncidence ? Aucune théorie sur l’origine de la vie et de l’univers n’est réellement complète sans un Cerveau ou Créateur derrière tout cela. Nous appelons ce cerveau Dieu.

Tel un artiste, Dieu révèle une partie de lui-même dans la nature, en particulier son existence ainsi que le fait qu’il ait créé le monde (nous appelons cela la révélation naturelle). Le principal message de foi est que Dieu a créé le monde par amour pour les êtres humains

> Approfondissez grâce au livre

Tout comme un artiste, Dieu révèle quelque chose de lui dans sa création. Il va de soi que l'ordre et la beauté que nous voyons ne sont pas venus par accident.

La Sagesse de l’Église

Peut-on connaître Dieu avec la seule lumière de la raison ?

À partir de la création, c’est-à-dire du monde et de la personne humaine, l’homme, par sa seule raison, peut avec certitude connaître Dieu comme origine et fin de l’univers, comme souverain bien, et comme vérité et beauté infinie. [CCEC 3]

Pouvons-nous découvrir l’existence de Dieu avec notre raison ?

Oui. La raison humaine peut connaître Dieu avec certitude.

Le monde ne peut avoir son origine et son but en lui-même. Dans tout ce qui existe, il y a bien plus que ce que l’on voit. L’ordre, la beauté et le développement du monde orientent le regard vers quelque chose qui nous dépasse. Ils l’orientent vers Dieu. Chaque être humain est ouvert au vrai, au bon et au beau. Il entend la voix de la conscience au fond de lui-même, elle le pousse vers le bien et l’avertit du mal. Celui qui a la sagesse de suivre cette trace trouve Dieu. [Youcat 4]

Voici ce que disent les Pères de l’Église

En tant donc [que Dieu] a fait ce monde composé du ciel et de la terre, Dieu était connu de toutes les nations, même avant qu'elles fussent imbues de la foi de Jésus-Christ. [St Augustin, Traités sur l’Évangile de Saint Jean, 106 :4]