Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
rotsen

4.37 Quand un être humain est-il mort ?

La fin de la vie

De nos jours, les docteurs considèrent que quelqu’un est mort lorsqu’il est prouvé que son cerveau en entier ne fonctionne plus, même le tronc cérébral. Souvent il suffit de noter l’arrêt du cœur et de la respiration.

L’Église maintient que quelqu’un est mort lorsque l’âme a quitté le corps. Bien sûr ce moment ne peut être défini de façon scientifique, mais cela nous aide à méditer sur la mort et la vie.

> Approfondissez grâce au livre

Quelqu’un meurt lorsque son âme quitte son corps. Légalement et médicalement, la mort est officiellement déclarée lorsque le cerveau a cessé de fonctionner.

La Sagesse de l’Église

Que signifie mourir dans le Christ Jésus ?

Cela signifie mourir dans la grâce de Dieu, sans péché mortel. Celui qui croit au Christ et qui suit son exemple peut ainsi transformer sa mort en acte d’obéissance et d’amour envers le Père. « Cette parole est sûre : si nous mourons avec lui, avec lui nous vivrons » (2 Tm 2, 11). [CCEC 206]

Si nous croyons en lui, comment le Christ nous aidera-t-il lors de notre mort ?

Le Christ vient à notre rencontre et nous conduit vers la vie éternelle. « Ce n'est pas la mort qui viendra me chercher, c'est le bon Dieu » (sainte Thérèse de Lisieux).

En contemplant les souffrances et la mort de Jésus, le passage de la mort peut être plus facile. Dans un acte de confiance et d'amour envers le Père nous pouvons dire « oui », comme Jésus l'a fait au jardin des Oliviers. Ce type d'attitude est nommé « offrande spirituelle ». Le mourant s'associe à l'offrande du Christ sur la croix. Celui qui meurt ainsi dans la confiance en Dieu et en paix avec les hommes, donc sans péché grave, est en route vers la communauté du Christ ressuscité. Notre mort nous fait tomber, mais nous tombons dans ses mains. Celui qui meurt ne voyage pas vers le néant, mais rentre à la maison, dans l'amour de Dieu qui l'a créé. [Youcat 155]

Que devenons-nous quand nous mourons ?

À la mort, il y a séparation du corps et de l'âme. Le corps se décompose pendant que l'âme va à la rencontre de Dieu et attend qu'au dernier jour elle soit de nouveau réunie au corps ressuscité.

Le comment de la résurrection de notre corps est un mystère. Une image peut nous aider à comprendre : quand nous voyons un oignon de tulipe, nous ne pouvons pas savoir quelle fleur magnifique il va développer dans l'obscurité de la terre. Il en va de même pour nous-mêmes : nous ne savons rien non plus de l'apparence future de notre nouveau corps. Saint Paul affirme ceci avec certitude : On est semé dans l'ignominie, on ressuscite dans la gloire (1 Co 15, 43 a). [Youcat 154]

Voici ce que disent les papes

À cet égard, il est utile de rappeler que la mort de la personne est un événement unique, qui consiste dans la désintégration totale de l'ensemble unitaire et intégré qui est la personne elle-même. Elle résulte dans la séparation du principe de vie (ou âme) de la réalité corporelle de la personne. La mort de la personne, comprise dans son sens premier, est un événement qu'aucune technique scientifique ni empirique ne peut identifier directement. Pourtant, l'expérience humaine montre que lorsque la mort a lieu, certains signes biologiques suivent inévitablement, que la médecine a appris à reconnaître avec une précision croissante. [Jean-Paul II, Discours sur la Transplantation, 29/08/2000]